Mémoire de la première édition du Concours international francophone de poésie Louis Braille : « Le Haïku à la lumière du braille » 5 Mars 2018 – Catégorie : Le haiku à la lumière du braille

Mémoire de la première édition du Concours international francophone de poésie Louis Braille : « Le Haïku à la lumière du braille »
Rate this post

Liste des auteurs nominés, nommés et lauréats      

Les binômes qui ont reçu une pépite.

Au nombre de 44. Chaque membre des binômes participant recevra, par courriel, un certificat attestant de leur participation avec la précision des pépites décernées.

Les binômes qui ont reçu 2 pépites :

  • Pascal Goovaerts et Sandra Provencher (Binôme québécois)
  • Marlène Alexa et Anne Haegelen (Binôme égypto-français)
  • Anne Haegelen et Flavia Cruz (Binôme français)
  • Anne Haegelen et Noëlle Marchand (Binôme français)
  • Anna Buccheri et Maria Murisciano (Binôme Italien)

Les binômes qui ont reçu 3 pépites :

  • Patrick Gillet et Marion Souty (Binôme français)
  • Jacques Michonnet et Jeanne Crahai (Binôme franco-belge)
  • Anne Haegelen et Abderrahim Bensaïd (Binôme franco-marocain)

Lauréat de la catégorie « jeune enfant » (7 à 10 ans) :

  • Eline Cheval et Fanny Raoult-Cheval (Binôme français)

Lauréat de la catégorie « Groupe et association » :

  • L’école Félix Pauget (France – 49) dont le groupe de 4 élèves (7 à 10 ans) de la classe de Nathalie Hurth : Eliott Bellett, Wendy Aligon, Lilian Bérété, Isis Bonnet

Lauréat de la catégorie adulte et du concours général :

  • Patrick Gillet et Marion Souty (Binôme Français)

 


Conclusion générale de la 1ère édition

 

Lorsque « L’important, c’est de participer » (Pierre de Coubertin), c’est avec un immense plaisir et une vraie émotion que je vous transmets quelques éléments qui constituent le résultat de la première édition du concours international francophone de poésie Louis Braille : le haïku à la lumière du braille.

C’est un concours … peut-être ! De la lecture et de l’écriture plus assurément, une rencontre humaine et sociale : très certainement. Des haïjins ont rencontré le braille, et des braillistes ont découvert le haïku que certains écrivent désormais. Ainsi va, l’accès à la culture pour tous !

 

Vous avez constitué quelques 51 binômes ou groupes de participants. Plus de 300 haïkus pouvaient donc être transmis par plus de 120 participants. Et près de 200 auteurs ont participé directement ou indirectement à l’animation de cette première édition soit dans le concours, soit en publiant dans la page Facebook dédiée.

Le paradoxe de cette activité réside dans l’originalité de constituer un binôme, ce qui se révèle comme une difficulté à résoudre dans la rencontre. C’est la flamme de notre motivation.

Avec la francophonie, ce souffle nous est venu : de Roumanie, d’Egypte, du Sénégal, de la Syrie, du Viêt-Nam, d’Allemagne, d’Autriche, de Grande-Bretagne, du Cameroun, du Gabon, d’Algérie, d’Espagne, de Tunisie, d’Italie, de Suisse, de Bulgarie, de Chine, du Japon, de Suède, du Canada, des USA, du Maroc, de Haïti, de Belgique … de France …

… Et de l’école Félix Pauger de Saint Lambert la Potherie (France – 49) puisque la classe de Nathalie Hurth, dans sa totalité, a participé à ce concours. Indépendamment d’elle-même et en dehors du système scolaire, son influence éducative a incité des enfants de sa classe à constituer des binômes. Ils ont envoyé leur participation !!!


Publication des 63 haïkus des participants au concours

 

Pour introduire une transition et avant de faire vivre une 2ème édition, le règlement (!) a prévu deux jurys et deux publications. L’une des deux publications est laissée à la discrétion d’un éditeur, s’il y en avait Un qui s’intéresserait à cette production.

Le premier jury s’est réuni le 4 février 2018, au musée Louis Braille, à Coupvray (France – 77). Ce premier jury a été sollicité pour nominer 63 haïkus. Ils seront publiés dans une version « Unique » à destination de la bibliothèque de l’association Valentin Haüy (AVH) à Rennes (France – 35).

Les auteurs (binômes) seront informés de leur publication dans cette version en recevant une attestation d’inscription.

La transcription française est donc mise à la disposition des lecteurs francophones en braille qui en font la demande, où qu’ils se trouvent et gratuitement. Les participants au concours « lecteur de braille » pourront bénéficier prioritairement de cet emprunt de bibliothèque. Un exemplaire sera remis au musée Louis Braille, à Coupvray (France – 77)


 

Conclusion du premier Jury : Attribution des « pépites »

En séance, ce premier jury a souhaité décerner des « coups de cœur » de trois niveaux appelés « pépites ».

 

Lauréat de la catégorie « jeune enfant » (7 à 10 ans) :

 

tornade d’émotions
un enfant amour sans fin
maman éblouie

(Eline Cheval et Fanny Raoult-Cheval)

 

Lauréat de la catégorie « Groupe et association » :

 

les feuilles d’arbres tombent
une farandole de couleurs
oh ! la belle saison

(L’école Félix Pauget (France – 49) dont le groupe de 4 élèves (7 à 10 ans) de la classe de Nathalie Hurth : Eliott Bellett, Wendy Aligon, Lilian Bérété, Isis Bonnet)

 

Lauréat de la catégorie adulte et du concours général :

 

promenade en ville
les limites du monde
au bout de ma canne

(Patrick Gillet et Marion Souty)

 


 

Édition d’un recueil public

 

L’édition d’un recueil public par une maison d’édition est suspendue à la décision d’un éditeur et aux critères qu’il s’impose dans sa ligne éditoriale.

Les éditions Renée Clairon (Canada) ont envisagé une édition en combinant :

  • les exigences éditoriales,
  • l’engagement social de l’édition,
  • la production dans le concours.

D’un commun accord, et de façon contractuelle, les éditions Renée Clairon ont « carte blanche » pour publier un recueil de prestige de ce premier concours en effectuant une cueillette parmi les 63 haïkus sélectionnés par le premier jury du concours, et parmi ceux postés sur la page facebook, tout au long de l’année, dont elles ont eu connaissance.